Négociations : des avancées jugées insuffisantes

« Retour aux actualités 28 Octobre 2010 - Actualité Société

Négociations : des avancées jugées insuffisantes

 Revalorisation de la marge, suite et… fin ? Si les syndicats se félicitent de la reprise constructive du dialogue avec le ministère de la Santé, ils jugent les propositions annoncées nettement insuffisantes.

 
Mi-figue mi-raisin. A l’issue de la réunion du lundi 25 octobre avec le chef de cabinet du ministre de la Santé, Philippe Gaertner, président de la FSPF et Philippe Besset, président de la commission économie du syndicat, affichaient une satisfaction toute teintée de retenue. « Nous reconnaissons de la part du Ministère des avancées, des pistes de réflexion encourageantes, admettait dans un premier temps Philippe Gaertner avant de nuancer « mais certaines mesures proposées sont incohérentes et insuffisantes. » A commencer par la revalorisation du forfait à la boîte de 3 centimes, soit 7 centimes de moins que la proposition portée par l’USPO. Une mesure estimée à 80 millions d’euros compensée par l’application de nouveaux TFR.
D’autres mesures ont été retenues comme le doublement du forfait à la boîte pour les traitements de substitution aux opiacés (12,5 millions d’euros), la création d’un fonds de 10 millions d’euros pour les officines en difficulté situées dans les zones de sous-densité et l’alignement de l’indemnité d’astreinte des gardes sur celles des médecins, soit 150 euros (gain total de 35 millions d’euros). Le ministère a également pris en compte la problématique des prix pratiqués dans les DOM. Enfin, comme l’avait annoncé Roselyne Bachelot lors du Congrès national des pharmaciens à Marseille, la réforme de la taxe professionnelle devrait apporter un bénéfice de 60 millions d’euros au réseau. La proposition ministérielle porte au total sur 100 millions d’euros, et non 200 millions d’euros comme initialement proposés par les syndicats. Si la FSPF persiste dans sa demande de revalorisation de la première tranche de marge, ses représentants ont loué les engagements pris par le ministère. « Nous sommes passé d’un simple état des lieux à un travail concret sur les chiffres, observe ainsi Philippe Besset. Désormais, un agenda a été établi avec un cycle complet de réunions pour affiner les détails financiers et réaliser un protocole d’accord. » Prochain rendez-vous avec le ministère : le 8 novembre, soit quelques jours seulement après le conseil d’administration de la FSPF prévu le 3 novembre. D’ici là, la vigilance reste de mise car, si la levée de la grève des gardes a été officiellement annoncée, les syndicats eux n’entendent pas baisser la leur si facilement.

Olivier Valcke

Partager avec :

Aucune date pour le moment
Aucun salon, congrès ou journée n'est encore à venir...